XX

Sortie en Meuse

26 octobre 2008



Au programme : promenade et visite du site des Éparges, où les hommes et la nature ont subi les séquelles des terribles batailles de la guerre de 1914-1918 ; ensuite, après-midi gastronomique.
 

 

Réservée aux membres de l'association, cette sortie champêtre nous a menée dans la Meuse toute proche.
Partis de Mance à 8h45 avec nos voitures, nous sommes arrivés vers 9h30 à Combres-sous-les-Côtes, petit village situé à proximité de Fresnes-en-Woëvre. Laissant les véhicules près de l'église, nous avons continué à pied sur un petit chemin menant à la colline proche. Là nous avons gagné un sentier balisé par l'ONF et l'Association Nationale du Souvenir de la Bataille de Verdun et de ses Hauts-Lieux.


La journée s'annonce belle, égayée par les superbes couleurs de l'automne.
 

   Plusieurs monuments ainsi que le cimetière militaire, témoignent de la férocité des combats que se sont livrés Français et Allemands.
En chemin, Alain nous explique la manière dont se sont déroulés les combats, de la guerre de tranchée à la guerre de sape, consistant à creuser des galeries sous les lignes ennemies pour y déposer des explosifs.
Les dimensions impressionnantes des "entonnoirs" creusés par les explosions, laissent imaginer la puissance des déflagrations et les ravages qu'elles ont pu commettre dans les rangs des soldats.

   Les trous d'obus et les tranchées sont également bien visibles ; même si la nature a repris le dessus, la forêt n'arrive pas toujours à dissimuler sous son tapis de feuilles, les ruines de casemates ou les piquets métalliques qui supportaient les barbelés.



 


Haut de page
 

 

Le sentier parcourt une forêt où le vert prédominant laisse doucement la place aux couleurs chatoyantes de l'automne.
Le soleil est de la partie, les discussions vont bon train et, chacun marchant à son rythme, nous revenons vers le village et reprenons les voitures. Il est 11h30, la marche nous a ouvert l'appétit et il temps de se rendre à St Maurice-sous-les-Côtes où le restaurant est réservé.

Un excellent déjeuner (salade, gésier, foie gras poêlé, magret de canard, dessert), se prolonge jusqu'à 16h00, l'heure de se remettre en chemin, direction St Rémy -la-Calonne pour visiter la truffière.


Haut de page
 

Située un peu à l'écart du village, la truffière offre un cadre verdoyant et très accueillant au bord d'un étang.
Aménagée dans les années 80 par M. Garzandat, la truffière compte aujourd'hui plus de 1500 arbres mycorhisés, principalement des noisetiers. Après un petit historique et quelques explications techniques, M. Garzandat nous emmène dans la plantation pour une démonstration de recherche de truffes par ses deux chiens.

Sitôt arrivé sous les arbres, les deux chiens courent d'un côté à l'autre, le museau au ras du sol. Le plus jeune est encore en cours de dressage, mais "l'ancien" se met rapidement à gratter la terre pour indiquer la présence d'une truffe. Son maître prend alors le relais et creuse le sol avec un petit outil en forme de pic pour dégager le champignon.
En récompense, le chien a droit à un petit morceau de gruyère à chaque nouvelle découverte.


Haut de page
 

Mais la nuit tombe, est l'heure est aux choses importantes : la dégustation.
Revenus au bord de l'étang, nous entrons dans le chalet où quelques tables dressées nous attendent. M. Garzandat fils nous présente le menu : des tartines agrémentées de truffes finement hachées, suivies d'une brouillade aux truffes, le tout servi avec un gris de Meuse.

Bon appétit !

L'estomac bien calé, il ne nous reste plus qu'à prendre le chemin du retour.


Haut de page